La prothèse et l'expandeur

 

POUR FAIRE UN DON OU ADHERER CLIQUEZ SUR CETTE LIGNE

La reconstruction par prothèse est plus simple que les techniques de reconstruction mammaire autologue.

Elle n’est pas adaptée à toutes les femmes et ne peut être réalisée que sur des femmes dont la qualité de la peau et des muscles a été préservée par les traitements.

La reconstruction mammaire par prothèse ne nécessite pas de site donneur sur une autre partie du corps, elle permet de reconstruire le volume du sein en une seule fois en limitant les cicatrices uniquement sur le sein à reconstruire.

La prothèse

Les prothèses sont constituées d’une enveloppe de silicone remplie de gel de silicone ou de sérum physiologique (très peu utilisé actuellement).

Il existe plusieurs formes (rondes ou anatomiques), le chirurgien choisira l’implant en fonction de la morphologie et du souhait de sa patiente.

Reconstruction immédiate

Idéale pour reconstruire des seins lors d’une mastectomie bilatérale prophylactique où l’on sait qu’il n’y  aura pas de  de traitement de radiothérapie. Elle permet lorsque les aréoles ont été conservées un résultat très satisfaisant.

On peut soit placer une prothèse  définitive directement, soit placer une prothèse d’expansion. La plaque aréolomamelonnaire, si elle a été enlevée sera reconstruite lors du placement de l’implant définitif.

Il existe également une prothèse définitive à forme ajustable composée d’une base en gel de silicone et d’une partie supérieure que l’on peut gonfler, elle ne nécessite pas de changement.

Reconstruction différée

En principe, on ne propose pas de reconstruction par prothèses lorsque les femmes ont eu un traitement de radiothérapie qui a pu détériorer les tissus.

En l’absence de radiothérapie, ce type de reconstruction est souvent proposé en plaçant dans un premier temps un expandeur pour créer un maximum de peau dans la partie inférieure du sein. Il sera changé environ 3 mois plus tard pour une prothèse définitive.

On peut également parfois proposer la pose d’une prothèse définitive directement en pratiquant un lambeau d’avancement abdominal qui permettra d’apporter de la peau supplémentaire.

Lambeau d'avancement abdominal = la peau du haut du ventre est tirée et remontée, elle est fixée au niveau du sillon sous-mammaire pour créer une poche.

Pour améliorer le résultat esthétique, il est souvent pratiqué des injections de graisse autour de la prothèse.

1ère intervention

La prothèse simple ou d’expansion est placée sous le muscle grand pectoral dans sa partie supérieure et on rajoute parfois dans sa partie inférieure non couverte par le muscle un derme artificiel. Lorsqu'il y a eu une procédure d'expandeur (voir ci-dessous) au préalable, la pose de la prothèse définitive se fait au cours de la 2ème intervention. 

La cicatrice de mastectomie est utilisée par le chirurgien.

2ème intervention

Au cours de la deuxième intervention, on reconstruit l'aréole, le mamelon, on intervient sur le sein controlatéral si nécessaire et éventuellement on injecte de la graisse autour de la protèse pour limiter les effets de coque.

 

La prothèse d'expansion

 

L’expandeur est une prothèse constituée d’une enveloppe de silicone dégonflée que l’on pose au cours d’une première intervention. Elle va ensuite être gonflée progressivement de sérum physiologique lors des consultations 1 à 2 fois par semaine jusqu’à ce que l’on obtienne le volume désiré. Elle est ensuite remplacée par une prothèse définitive environ 3 à 4 mois plus tard. Il est nécessaire que la qualité de la peau soit bonne pour utiliser ce procédé.

Pourquoi utiliser un expandeur ?

- parce qu'après une mastectomie, il n'y a pas toujours assez de peau pour mettre un implant définitif directement, on utilise donc l'expandeur qui va permettre pour étendre la peau progressivement.

- ou bien parce que la patiente souhaite une reconstruction autologue (avec ses propres tissus) et que cette reconstruction ne peut se faire immédiatement pour diverses raisons.

Tissue Expander for Staged Breast Reconstruction

(Tissue Expander for Staged Breast Reconstruction, par Johns Hopkins Medicine - Youtube) 

 

1ère intervention

On pose l'expandeur soit au cours de la mastectomie dans le cadre d'une reconstruction immédiate, soit dans un second temps lors d'une reconstruction mammaire différée. L'expandeur est placé sous le muscle pectoral. Dans les semaines qui suivent, l'expandeur va être gonflé, au moyen d'une valve placée sous la peau relié à la prothèse, toutes les semaines pendant 2 à 3 mois par le chirurgien grâce à l'injection de sérum physiologique. Le nombre de séances pour gonfler la prothèse est variable en fonction de la qualité de la peau et de son élasticité ainsi que du volume souhaité.

2ème intervention

Lorsque les tissus sont assez étirés pour permettre la pose de la prothèse définitive, le chirurgien va pouvoir retirer l'expandeur et placer l'implant définitif qui devra néanmoins être changé à terme (quelques années plus tard ou en cas de problème détecté sur l'implant au cours de la surveillance).

Voir ci-dessous les suites concernant la prothèse définitive.

Il faut noter que certains chirurgiens utilisent l'expandeur pour réaliser une reconstruction mammaire autologue différée, cela permet de conserver l'étui cutané du sein dans l'attente de l'intervention de reconstruction mammaire choisie.

Complications possibles de l'expandeur

- les risques liés à la pose de prothèse

- Sensation de tension pouvant être difficilement supportée par certaines femmes pendant la phase provisoire d'expansion des tissus.

 

Utilisation

-         Pas de radiothérapie

-         Femmes minces ayant de petits seins ou moyens, sans ptose (ptose = seins descendus)

-         Reconstruction des 2 seins

-         Arrêt du tabac

 

Avantages

-         L’intervention est rapide et simple

-         Hospitalisation courte

-         Peu de cicatrices

-         Le remodelage du sein controlatéral  est parfois possible au cours de la même intervention

 

 Inconvénients

-         Nécessité de changer les prothèses du fait de l’usure tous les 10 à 20 ans, parfois avant lorsqu'il y a rupture

-         Nécessité de changer la prothèse si l’on prend ou perd du poids

-         La coque qui entoure la prothèse rend le sein dur et parfois douloureux

-         En position allongée, la prothèse ne s’étale pas comme le sein normal

-         Sensation de corps étranger

-         Au toucher, sensation de froid

-         Le parcours est plus long lorsqu'il est nécessaire d'avoir recours à l'expandeur

 

Intervention et hospitalisation

Anesthésie générale

Durée de l’intervention : 2 heures

Hospitalisation : 2 à 3 jours

 

Suites opératoires

- Douleurs qui peuvent êtres importantes du fait que la prothèse est placée sous le muscle calmées par les antalgiques

- Drain retiré sous 2 à 5 jours

- Soutien-gorge de maintien prescrit et bande de contention à porter un mois pour que la prothèse reste en place.

- Convalescence : variable, en moyenne de 2 Ă  3 semaines

- Reprise du sport : en fonction du type de sport (en accord avec le chirurgien) - Moyenne : 2 mois

 

Complications possibles

-         La contracture capsulaire ou coque

Les prothèses mammaires, comme tout corps étranger sont entourées d’une coque qui peut être plus ou moins souple et qui avec le temps peut s’épaissir et amener à une contracture capsulaire.

Coque = réaction de défense de l'organisme contre la présence de la prothèse

-         La rupture pour les implants pré-remplis de gel de silicone

-         L’infection

-         Expandeur : sensation de tension pouvant être difficilement supportée par certaines femmes pendant la phase provisoire d'expansion des tissus.

Information sur les prothèses et le risque lié aux prothèses texturées

 

Depuis le 21 novembre 2018, il est recommandé par l'ANSM de ne plus implanter d'implants mammaires texturés.

"L’ANSM recommande aux professionnels de santé d’utiliser de préférence des implants mammaires à enveloppe lisse . L’ANSM rappelle que les praticiens sont tenus d’informer les patientes au préalable de la pose d’implants mammaires des risques liés à l'acte chirurgical mais aussi sur l'implant lui-même, notamment les risques liés au LAGC." - Source site : ANSM

Depuis le 22 novembre le Directoire Professionnel des Plasticiens recommande de ne plus mettre en place ce type d'implants Ă©galement

"Prenant à la fois en compte les données scientifiques dont il dispose actuellement concernant le LAGC (lymphome anaplasique à grandes cellules), et les principes déontologiques qui régissent l'exercice de la Médecine, le Directoire Professionnel des Plasticiens réuni sous l'égide de la SoFCPRE recommande dorénavant de ne plus mettre en place d'implants mammaires à surface macro-texturée de type Biocell® de la marque Allergan®en raison de la sur-représentation de ces prothèses dans cette pathologie. Le Directoire reste prudent concernant les autres implants à surface macro-texturée et les implants à surface recouverte de polyuréthane, pour lesquelles les travaux se poursuivent pour déterminer une éventuelle exposition au risque." - Source : site SoFCPRE

Depuis le 18 décembre, l'ANSM a rappelé des prothèses de la marque ALLERGAN pour défaut de marquage CE

"L’ANSM a été informée ce jour que les dispositifs médicaux des gammes Microcell et Biocell de la marque Allergan (implants mammaires et expandeurs tissulaires) ne disposent plus du marquage CE à partir du 17 décembre 2018. Le GMED, qui n’a pas renouvelé le marquage CE de ces dispositifs dans le cadre de la procédure qui a lieu tous les 5 ans, a demandé des données complémentaires au fabricant.
Désormais, ces dispositifs médicaux ne peuvent plus être commercialisés en France et en Europe. L’ANSM a demandé ce jour à la société Allergan de procéder au rappel des produits en stock auprès de tous les établissements de santé." _ Source site : ANSM

Pour les femmes qui ont été implantées avec ce type d'implant, que faire ?

Nous vous recommandons de prendre contact avec l'établissement ou le chirurgien qui vous a opéré. Certains établissements propose des rendez-vous de consultation, d'autres un numéro vert d'information ou encore des réunions d'information programmées à la rentrée.

Lire l'interview du Professeur Laurent LANTIERI du 19/12/2018 sur franceinfo

Extrait : "Quels conseils donnez-vous aux femmes qui portent ces prothèses ?

Il faut être rassurant. La plupart de ces patientes n'auront pas de problème. Il faut aller voir le chirurgien. S’il y a un problème, une modification d’aspect, ou si par une IRM on voit qu’il y a une anomalie, il faut enlever la prothèse et tout ce qu'il y a autour, la réaction inflammatoire autour de la prothèse, car c’est là que se situe le problème. [Le lymphome anaplasique] se guérit chirurgicalement. Lorsqu’on l’opère précocement, et qu’on a enlevé toute la capsule et tout le lymphome, il n’y a pas besoin de traitement complémentaire. Par contre, si on ne le fait pas et qu’on le laisse évoluer, cela peut être dramatique." - Source Franceinfo 19/12/2018

Qu'est ce que le lymphome anaplasique lié aux prothèses mammaires ?

L'association France Lymphome Espoir a réalisé une vidéo sur le sujet : explications du Professeur Corine HAIOUN de l'hôpital Henri Mondor à Créteil 

ANSM : Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de Santé

SoFCPRE : Société Française de Chirurgie Plastique Reconstructrice et Esthétique

Consultation publique des 7 et 8 février 2019 organisé par l'ANSM 

L'ANSM a réuni un Comité Scientifique Spécialisé Temporaire (CSST) pour qu'il rende un avis sur la place et l'utilisation des implants mammaires texturés en chirurgie esthétique et reconstructrice. Vous pouvez voir les vidéos de ces journées d'audition et l'avis rendu par ce comité en attendant la décision de l'ANSM dans nos actualités >>>ICI

Le 4 avril 2019, l'ANSM a décidé d'interdire les prothèses mammaires macrotexturées et celles composées d'une enveloppe de polyuréthane

Lien vers la désision >>>ICI

 

Informations complémentaires

Reconstruction du sein par prothèse (chirurgiens-plasticiens.info)

Fiche d'information de la SoFCPRE - Edition 2016 (Société Française de Chirurgie Plastique Reconstructrice et Esthétique)

 file type icon 38 Reconstruction mammaire par prothèse nov 2016.pdf

 

Information destinée aux femmes avant la pose d'implant mammaire - Reconstruction mammaire (Ministère des solidarités et de la santé) - Septembre 2017

 file type icon information_patientes_reconstruction (1).pdf

 

Les techniques de reconstruction mammaire associant une prothèse

-         En complément d’une prothèse, on associe souvent un lambeau musculo-cutané de grand dorsal 

En savoir plus sur le lambeau musculo-cutané de grand dorsal

-         Prothèse gonflable et lipostructure (greffe de cellules adipocytaires) - (1)

On peut également avoir recours à une prothèse gonflable qui sera ensuite dégonflée progressivement en même temps que l'on injecte des cellules graisseuses selon la technique de la lipostructure ou lipofilling

En savoir plus sur la greffe de cellules adipocytaires

 

RĂ©dacteurs : les membres du bureau de l'association R.S. DIEP

Illustrations réalisée par Eleonore LAMOGLIA sous la direction du Dr Vincent HUNSINGER

Source : "Acquisitions récentes en reconstruction mammaire" sous la direction du Professeur Laurent LANTIERI (Hôpital Européen Georges Pompidou - Paris)

(1) Journée Rennaise d'information sur la reconstruction du sein (19 novembre 2016)

 

Mise en garde

L’utilisateur ne doit en aucun cas utiliser les informations diffusées via le site www.diep-asso.fr pour établir un diagnostic ou déterminer un traitement, et doit consulter les professionnels de santé compétents en charge de son suivi et de sa prise en charge avant toute décision médicale. Les informations diffusées sur le site www.diep-asso.fr sont strictement générales et indicatives. L’association R.S. DIEP met tous les moyens en œuvre pour les actualiser régulièrement. A ce titre, compte-tenu de l’évolution des connaissances scientifiques et médicales, des progrès de l’actualité médicale, les utilisateurs du site www.diep-asso.fr sont informés du fait que les informations qui leur sont proposées, ne sont ni complètes, ni exhaustives et peuvent ne pas être immédiatement et systématiquement actualisées. Les dessins du site qui illustrent les techniques de reconstruction mammaire ont pour but de permettre une meilleure compréhension des explications données. Elles ne permettent pas de déterminer exactement l’emplacement des cicatrices, l’utilisateur du site doit s’en remettre aux informations personnalisées délivrées par le chirurgien.

Mise Ă  jour : 10 avril 2019


DERNIERES ACTUS