La greffe de cellules adipocytaires

Lipofilling : composition du prélèvement de graisse

POUR FAIRE UN DON OU ADHERER CLIQUEZ SUR CETTE LIGNE

Autres appellations : Lipostructure - Transfert de cellules graisseuses - Lipomodelage - Lipofilling

Le lipofiling

Comment fonctionne la greffe de cellules adipocytaires ?

Le principe est de prélever de la graisse sur des sites donneurs par lipoaspiration (ventre, cuisses, fesses, hanches). Il n'y a donc pas de prélèvement de lambeau. La graisse est ensuite purifiée par divers procédés selon la pratique habituelle du chirurgien : centrifugation, décantation, filtration. Elle est ensuite injectée au niveau du sein (site receveur) à reconstruire, ou à corriger.

Lipofilling : prélèvement de la graisse

L'aspiration de la graisse se fait à partir d'incisions mesurant de 1 à 2 mm à l'aide de petites canules. Après purification, la graisse est déposée sur le site receveur en "spaghettis" dans l'épaisseur des tissus. Une partie de ces cellules graisseuses sont éliminées par le corps. La prise de graisse est estimée en moyenne à 60% du volume injecté au 4ème mois, mais elle peut être inférieure.

Prélèvement et injection de graisse pour le lipofilling

 

A quoi sert la greffe de cellules adipocytaires ?

Cette technique est devenue presque indispensable en reconstruction mammaire. Elle va permettre au chirurgien de compléter une reconstruction mammaire par lambeau ou par prothèse ou bien dans certains cas reconstruire totalement le sein.

En complément d'une reconstruction par prothèse

Avant l'implantation, l'injection de graisse épaissit les tissus et les rend plus souples et mieux vascularisés. Elle prépare les tissus pour la mise en place de l'implant quelques mois plus tard. Après l'implantation, l'injection de graisse entre la peau et la prothèse "lipofilling de resurfaçage" améliore le résultat esthétique et la souplesse du sein.

Pour remplacer une prothèse

Lorsque la prothèse est mal tolérée ou s'il faut la changer et si les réserves de graisse sont suffisantes, il peut être proposé de la retirer et de remplacer cette prothèse par une greffe de cellules adipocytaires (lipofilling).

Au cours de la 1ère intervention, le chirurgien retire la prothèse et fait une 1ère injection. 4 mois plus tard, une nouvelle intervention permet de combler le sein.

Des chirurgiens proposent maintenant cette reconstruction associée à une prothèse en reconstruction immédiate : on utilise une prothèse gonflable qui sera ensuite dégonflée progressivement en même temps que l'on injecte des cellules graisseuses selon la technique du lipofilling.

Pour les femmes qui ne veulent pas de reconstruction mais veulent limiter l'inconfort des adhérences

La greffe de cellules adipocytaires (lipofilling) va permettre d'apporter un léger volume et d'assouplir la zone de mastectomie.

En complément d'une reconstruction par lambeau

La greffe de cellules adipocytaires (lipofilling) permet de corriger les défauts qui subsistent après la reconstruction, d'effectuer des retouches et d'améliorer la zone du décolleté. Elle permet d'augmenter le volume lorsque l'on a utilisé des "petits lambeaux" ou qu'une nécrose partielle a diminué le volume, 1 à plusieurs interventions peuvent être nécessaires espacées de 3 à 4 mois pour obtenir un résultat satisfaisant.

En reconstruction exclusive

Dans certaines indications, très précises, la reconstruction par transfert de graisse (lipofilling) peut être proposée si la femme dispose de réserves suffisantes (ventre, hanches, fesses). Il faut donc bien souvent, en fonction du volume à reconstruire ou à combler, plusieurs interventions espacées de 3 à 4 mois. Le délai pour reconstruire le volume du sein est incertain, il dépend du volume de graisse stable au terme d'un délai de 3 mois ainsi que des réserves de graisse existantes.

Lorsque ce type de reconstruction ne marche pas, il faut arrêter avant d'épuiser toutes les réserves  de graisse, ce qui ne permettrait plus le recours à une autre reconstruction.

En reconstruction immédiate

Au cours de l'intervention de mastectomie, après l'ablation, un premier transfert de graisse limité est réalisé, l'étui cutané est conservé.

En reconstruction différée

Au cours de la 2ème intervention, le recours à un lambeau d'avancement abdominal (LAA)* ou à une autre technique chirurgicale est pratiquée pour reconstruire le sillon sous mammaire et la forme naturelle du sein.

Ce type de reconstruction nécessite 4 à 6 interventions espacées de 3 mois (en fonction du volume du sein restant). Il faut compter en moyenne entre 12 et 24 mois pour obtenir un résultat satisfaisant car il faut estimer une perte prévisible d'environ 40% après chaque intervention.

*Lambeau d'avancement abdominal (LAA) : Consulter les explications

Protocole LPG (Etude clinique)

Ce protocole d'étude clinique utilisé par quelques chirurgiens pour le moment inclut systématiquement des séances de kinésithérapie avec le CelluM6 (LPG Systems) avant l'intervention pour drainer et assouplir les tissus, prévenir la fibrose et aider à la vascularisation. Après l'opération de nouvelles séances entretiennent la revitalisation de la peau et facilitent la répartition de la graisse injectée - Source : www.kineactu.com - 28/09/2017 - n° 1501

Les autres utilisations pour les femmes qui n'ont pas de cancer du sein

- Correction des malformations du sein

- Correction des asymétries du sein

 

Quels sont les avantages de cette technique ?

- Correction des défauts des reconstructions mammaires

- Affinement de la silhouette

- Absence de cicatrices complémentaires

- Possibilité de reconstruction naturelle pour les petits seins

- Alternative Ă  l'Ă©chec d'une reconstruction par lambeau dans certains cas

 

Quels sont les inconvénients de cette technique en reconstruction exclusive ?

- Reconstruction de petits seins

- Reconstruction du volume acquis au terme d'une longue période qui rallonge le parcours de reconstruction

- Contre-indiquée après un traitement de radiothérapie

- Echec possible en reconstruction lorsque la greffe de cellules graisseuses ne prend pas même après plusieurs interventions

- Impossibilité de recourir aux lambeaux (ventre, cuisses) si les réserves de graisse sont épuisées sur les sites donneurs

- Impossibilité de reconstruction chez les femmes très minces

 

Peu-il y avoir des complications ?

- Apparition de petites calcifications (cytostéatonécroses)

- Kystes huileux

- Résorption de la graisse injectée d'environ 30 à 40%

- Infection

- HĂ©matome

- Altération temporaire de la sensibilité

- Dommages sur l'implant en reconstruction mammaire associée à une prothèse

 

Informations sur l'intervention et ses suites opératoires

Anesthésie

Anesthésie générale

Nombre d'interventions à prévoir

En reconstruction différée, au cours de la 2ème intervention, le chirurgien utilise souvent un lambeau d'avancement abdominal (LAA) qui va permettre de reconstruire la forme naturelle du sein.

  • 1 intervention pour complĂ©ter le volume du sein
  • 1 intervention pour des retouches
  • Variable pour reconstruire 1 sein : 4 Ă  5 interventions espacĂ©es de 3 mois pour reconstruire le volume

Douleur

La douleur est assez importante sur les zones de prélèvement, atténuée par le port d'un vêtement de contention. Un œdème et des ecchymoses (bleus) apparaissent et s'estompent au bout d'1 mois.

Port de vêtement de contention  ou autre

Port d'un vêtement de contention sur les zones de prélèvement (gaine, panty). Pas de soutien-gorge pendant 1 mois sauf prescription

Hospitalisation

1 Ă  2 jours

Soins infirmiers Ă  domicile

Généralement 15 jours (pansements et traitement anti-thrombose)

Convalescence

1 mois

Reprise du sport

6 semaines

 

TĂ©moignage

Lire un témoignage de reconstruction par lipofilling associé au système BRAVA

Pour information, le système BRAVA-AFT n'est plus commercialisé depuis novembre 2015.

 

Bien se préparer à la reconstruction mammaire : les conseils de nos bénévoles

Lire l'article

 

RĂ©dacteur : Association R.S. DIEP

Source : La reconstruction mammaire, parlons-en ! - Rédaction Christine DEGLAND (2019) - Relecture et corrections Professeur Laurent LANTIERI, chef du service de chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique à l'HEGP à Paris (AP-HP)

Illustration médicale : Eléonore Lamoglia pour R.S. DIEP sous la direction du Docteur Vincent Hunsinger, chirurgien plasticien

Banque d'images : iStock - 123RF

Mise en garde

L’utilisateur ne doit en aucun cas utiliser les informations diffusées via le site www.diep-asso.frpour établir un diagnostic ou déterminer un traitement, et doit consulter les professionnels de santé compétents en charge de son suivi et de sa prise en charge avant toute décision médicale. Les informations diffusées sur le site www.diep-asso.fr sont strictement générales et indicatives. L’association R.S. DIEP met tous les moyens en œuvre pour les actualiser régulièrement. A ce titre, compte-tenu de l’évolution des connaissances scientifiques et médicales, des progrès de l’actualité médicale, les utilisateurs du site www.diep-asso.fr sont informés du fait que les informations qui leur sont proposées, ne sont ni complètes, ni exhaustives et peuvent ne pas être immédiatement et systématiquement actualisées. Les dessins du site qui illustrent les techniques de reconstruction mammaire ont pour but de permettre une meilleure compréhension des explications données. Elles ne permettent pas de déterminer exactement l’emplacement des cicatrices, l’utilisateur du site doit s’en remettre aux informations personnalisées délivrées par le chirurgien.

Mise Ă  jour : Juin 2020