Interview de D après son DIEP en reconstruction différée en 2014

Interview de D. réalisée 1 an après sa reconstruction immédiate par DIEP

 

D : 31 ans

2014 : DIEP en reconstruction différée

2015 : 1 intervention pour compléter le volume (greffe adipocytaire)

2015 : 1  intervention (greffe adipocytaire) et reconstruction de l’aréole et du mamelon

 

1. Le chirurgien que vous avez consulté vous a-t-il présenté toutes les techniques de reconstruction du sein ?

D : Oui, dès l’annonce du diagnostic avec la préconisation d’ablation. Le DIEP n’était pas en première instance la solution préconisée car le surplus de graisse abdominale était insuffisant.

2. Quelles sont les raisons qui ont motivé votre choix de cette technique pour votre reconstruction ?

D : Des raisons esthétiques, je voulais une reconstruction au résultat esthétique le plus naturel possible et le plus joli possible.

Des raisons fonctionnelles, je suis sportive et ne souhaitais pas être gênée au niveau du dos comme cela peut être visiblement le cas avec la technique du grand dorsal.

Enfin, j’étais réticente à l’idée de prothèse qui doit être changée au bout d’un certain délai et dont le résultat esthétique me semblait être moins naturel.

3. Cette intervention a-t-elle été douloureuse ? Si oui, pendant combien de temps ?

D : Je n’ai eu aucune douleur (hormis nausées post-opératoires), et une sensation de tiraillement au niveau abdominal, avec la cicatrice.

4. Quels sont les problèmes physiques que vous avez rencontrés au cours de votre rétablissement ?

D : J’ai eu des difficultés à me  tenir droit la première semaine et une  gêne abdominale (sensation d’un manque de gainage brutal) et de la fatigue physique.

5. Combien de temps vous a-t-il fallu après l’intervention pour retrouver une vie normale ? Faire du sport ?

D : J’ai repris la course à pieds 4 semaines après l’intervention sans aucune séquelle. J’ai eu une appréhension plus d’ordre psychologique à mobiliser les muscles abdominaux pendant environ 3 mois, à cause de la cicatrice. La fatigue importante d’ordre physique a duré une semaine avec un rétablissement total au bout de 3 à 4 semaines.

6. A quel niveau se situe les cicatrices?

D : Les cicatrices se situent sur le volume reconstruit, sur l’abdomen et sur le nombril. J’ai également des petites cicatrices suite aux interventions de finition qui ont succédé au DIEP ( à l’endroit des prélèvements d’adipocytes pour la greffe).

7. Depuis combien de temps avez-vous été reconstruite ? Quelles sont les évolutions du sein que vous avez constatées depuis lors ?

D : Cela fait 11 mois depuis l’intervention principale. Le volume est stable suite aux greffes adipocytaires qui ont suivi l’intervention principale. La forme est stable. La peau « irradiée » suite à la radiothérapie a retrouvé souplesse et couleur moins foncée suite à la greffe adipocytaires de finition.

8. Le sein reconstruit était-il très différent du sein opposé ? Comment avez-vous abordé la dissymétrie  des deux seins en attendant l’intervention de symétrisation ?

D : Il y a eu des différences de volume (le sein reconstruit était d’abord plus important compte-tenu de l’œdème post-opératoire), évolutives (le sein reconstruit était ensuite plus petit que l’opposé au bout de quelques semaines). La différence a été corrigée par l’intervention de symétrisation avec greffe adipocytaire.

9. La taille et la forme de vos seins sont-elles identiques ?

D : Quasiment. Le sein reconstruit est plus rond et d’avantage plaqué mais cela est à peine perceptible. Cela ne se voit pas du tout habillée.

10. Avez-vous retrouvé de la sensibilité dans le sein reconstruit ?  Et dans la zone de l’aréole et du mamelon ?

D : Je n’ai pas retrouvé de sensibilité, que ce soit dans le lambeau ou dans  la zone de l’aréole et du mamelon.

11. Qu’est ce qui vous a le plus convenu dans cette technique ? Le moins convenu ?

D : Le + : Aucune douleur, résultat superbe et définitif, très naturel.

Le - : Cicatrice abdominale voyante, néanmoins améliorée de façon significative grâce à l’usage d’une crème avec de la cortisone prescrite par mon dermatologue de ville.

12. Avez-vous des séquelles en rapport avec cette intervention ?

D : Je n’ai aucune séquelle à l’exception de la cicatrice abdominale. Je n’ai aucune gêne fonctionnelle : J’ai repris la danse classique et n’ai constaté aucune douleur que ce soit au niveau du buste, des bras, pourtant bien sollicités.

13. Etes-vous satisfaite de votre reconstruction mammaire lorsque vous êtes habillée, en maillot de bain et déshabillée ?

D : Très satisfaite. Le résultat est esthétiquement très satisfaisant. Je peux de nouveau choisir des maillots de bain et sous-vêtements à mon goût dans les boutiques conventionnelles. Le résultat est d’un naturel assez bluffant. Même en justaucorps de danse, le résultat est parfait.

14. La reconstruction mammaire a-t-elle amélioré votre image corporelle, facilité votre fonctionnement en société et vous a-t-elle permis de mieux exprimer votre féminité ?

D : La reconstruction mammaire m’a permis de ne plus être confrontée de plein fouet à mon cancer en m’habillant chaque matin, et de moins penser au risque de récidive. Bref de retrouver plus d’insouciance. La greffe adipocytaire de finition m’a permis de retrouver ma silhouette d’avant ma grossesse : Un petit bonus bien appréciable.

15 .Votre reconstruction mammaire est-elle conforme à vos espérances et pensez-vous que vous choisiriez-vous à nouveau cette technique aujourd’hui ?

D : Ma reconstruction est totalement conforme à mes espérances et je choisirai à nouveau cette technique aujourd’hui, à une différence près : Je n’ai pas pu bénéficier d’une reconstruction immédiate pour raisons médicales totalement justifiées (radiothérapie post-opératoire). Il serait intéressant que la recherche progresse pour pouvoir proposer une reconstruction immédiate systématiquement et que la patiente puisse choisir cette option si elle le désire. Le délai entre mastectomie et reconstruction différée m’a paru très long (12 mois). Le traumatisme d’une mastectomie à l’âge de 30 ans aurait certainement été atténué par une reconstruction immédiate.

 

Greffes adipocytaires : lipofilling mammaire ou lipomedelage (injection de graisse)

Merci D pour votre témoignage très complet de votre parcours.

Novembre 2015

 

 

 

 

 

 

 

 

 


DERNIERES ACTUS